Qvt

Titre restaurant : le plafond dérogatoire est prolongé jusqu’en février 2022

Par Philippe Guerrier | le | Bien-être au travail

Le gouvernement maintient le doublement du plafond d’utilisation quotidien du ticket-restaurant alors que l’opération était censée s’arrêter début septembre. Un émetteur comme Groupe Up s’en réjouit.

Utilisation assouplie des titres-restaurants jusqu'à février 2022, le Groupe Up se montre satisfait - © D.R.
Utilisation assouplie des titres-restaurants jusqu'à février 2022, le Groupe Up se montre satisfait - © D.R.

C’est une bonne nouvelle pour les détenteurs de titres-restaurants et les restaurateurs. La majoration du plafond quotidien de 38 euros des tickets-restaurants 2021 perdure jusqu’au 28 février 2022.

Le prolongement a été annoncé par le gouvernement le 24 août alors le titre-restaurant était censé retrouver son plafond de 19 euros au premier septembre.

Initialement, le gouvernement avait pris cette mesure début décembre 2020 en pleine crise Covid-19, synonyme de restrictions de déplacements par mesure de précautions sanitaires. L’objectif était de fournir un effort supplémentaire pour assouplir les modalités d’utilisation du titre restaurant et de doubler le plafond d’usage au quotidien. Un premier geste avait été donné dans ce sens dès juin 2020 par décret.

De manière conjointe, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, et Alain Griset, ministre délégué auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargé des Petites et Moyennes Entreprises, ont préféré anticiper de quelques jours l'échéance du doublement du plafond d’utilisation quotidien du ticket-restaurant pour annoncer le renouvellement de l’opération. 

C’est un avantage salarié non négligeable : en 2019, 140 000 entreprises ont distribué des titres-restaurants à 4 millions de salariés pouvant les utiliser dans 180 000 commerces français.

Titres-restaurants : écouler les surstocks

Le gouvernement est conscient que les « surstocks » de titres épargnés par les salariés du fait des restrictions sanitaires de ces derniers mois ne sont pas encore complètement résorbés.

Ainsi, le stock de titres-restaurant détenu par les salariés est, supérieur de plusieurs centaines de millions d’euros par rapport à la normale, selon les principaux émetteurs de titres-restaurants (Edenred avec le Ticket Restaurant, Groupe Up avec UpDéjeuner ou Sodexo avec Pass Restaurant).

« La prolongation de la mesure devrait permettre leur utilisation au cours des prochains mois », évalue le gouvernement.

Concrètement, les salariés peuvent utiliser en semaine, le week-end et les jours fériés, leurs tickets-restaurant dans les établissements de restauration, pour les systèmes de commandes en ligne et de retraits en magasins (« click and collect ») ou pour les livraisons de plats vendus par ces mêmes établissements, jusqu'à 38 euros par jour. Il existe néanmoins une exception : le plafond reste fixé à 19 euros pour les magasins alimentaires.

En revanche, la fin de validité des tickets-restaurant de 2020 est, elle, maintenue au 31 août 2021. À compter de cette date, les salariés disposent d’un délai de quinze jours pour les restituer à leur employeur afin d’obtenir leur remplacement contre un nombre de titres égal, émis pour l’année civile 2021.

Des transactions en hausse de plus de 50 %

Fin juillet, l’UMIH (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie) et Groupe UP ont appelé le gouvernement à pérenniser le doublement du plafond journalier d’utilisation du titre-restaurant.

Selon l’organisation patronale et l'émetteur de titres-restaurant, « les mesures mises en place par les pouvoirs publics comme le doublement du plafond d’utilisation quotidien du titre (de 19 euros à 38 euros) ont permis d’augmenter de 53 % le montant moyen des transactions dans la restauration. La possibilité d’utiliser ces titres le dimanche et les jours fériés a aussi largement contribué à faciliter le retour des salariés dans les restaurants. »

L’UMIH et le Groupe UP évaluent à 700 millions d’euros le chiffre d’affaires fléché vers les restaurants grâce à la prolongation de validité des titres 2020 jusqu'à la fin août 2021.

La suite de la bataille : le titre-cadeau

« Nous y sommes très favorables car c’est une mesure forte qui fait du bien à l’ensemble des bénéficiaires et des commerçants », déclare Julien Anglade, Directeur général Up France, à RH Matin.

« Cette transition plus longue permet d’utiliser le solde des cartes déjeuners et la communauté des restaurateurs en bénéficie. Nous étions confiants et espérions que la mesure soit prolongée à la rentrée. »

« Un autre sujet arrivera rapidement : le doublement du plafond du titre-cadeau qui a été autorisé en fin d’année dernière. Là aussi, l’opération pourrait être renouvelée pour bénéficier à un deuxième Noël », poursuit-il.

Transférer cet article à un(e) ami(e)