Qvt

Télétravail : la MGEN normalise la pratique après le confinement

Par Olivier Morin | le | Motivation & engagement

La MGEN a adopté un protocole d’accord pour la mise en oeuvre du télétravail applicable à la rentrée. Voici les principales dispositions.

Télétravail : la MGEN normalise la pratique après le confinement
Télétravail : la MGEN normalise la pratique après le confinement

En juin, la MGEN (Mutuelle Générale de l'Éducation nationale, groupe VYV) a signé avec les organisations syndicales représentatives un protocole d’accord à la mise en oeuvre du télétravail approuvé à l’unanimité (CFDT, CFE-CGC, Unsa, CGT). 

L’accord a une durée déterminée de trois ans à compter de sa prise d’effet. Il devrait être appliqué à partir de septembre.

Le champ d’application de l’accord concerne les trois entités juridiques relevant de l’UES MGEN (soit plus de 10 000 salariés) :

  • MGEN Union ;
  • Fondation MGEN pour la Santé publique ;
  • MGEN Technologies.

« Il s’agit d’un accord de télétravail “régulier” qui a vocation à remplacer les règles de télétravail exceptionnelles que nous appliquons en période de crise sanitaire », déclare Nathalie Degrelle, déléguée syndicale centrale CFDT de l’UES MGEN, à notre média partenaire News Tank.

Télétravail : un stock de 90 jours par an

Dans cet accord figurent plusieurs dispositions principales :

  • le salarié qui souhaite télétravailler de façon régulière disposera d’un stock de 90 jours par année civile. Ce stock sera non reportable d’une année sur l’autre ;
  • Afin de favoriser la cohésion d'équipe et d'éviter toute situation d’isolement, il est requis une présence de deux jours minimum par semaine sur un site du groupe (donc trois jours de télétravail maximum). A charge pour les managers de fixer deux jours de présence commune au sein des locaux habituels ;
  • En fonction des contraintes liées à l’activité, le manager aura la faculté de demander une modification des jours télétravaillés déclarés dans l’outil de gestion des temps, en sollicitant le salarié pour qu’il fasse un autre choix (dans un délai de prévenance de 4 jours minimum) ;  
  • Les jours, ainsi que le nombre de jours télétravaillés, pourront changer d’une semaine à l’autre sous réserve de la validation du manager.

Une indemnité forfaitaire de 15 euros par mois

La MGEN couvre une partie des frais associés au télétravail :

  • frais de maintenance du matériel ;
  • coûts du diagnostic de conformité des installations techniques et électriques de l’espace dédié au télétravail ;
  • Une indemnité forfaitaire de 15 euros par mois en contrepartie des dépenses engagées dans le cadre du télétravail. Elle est censée couvrir des frais d’abonnement télécoms et Internet mais aussi de loyer, d'énergie, d’eau, de chauffage et de consommables (cartouches d’imprimantes par exemple). 

Pour découvrir l’article complet détaillant l’accord télétravail au sein de MGEN avec le document officiel en téléchargement, rendez-vous sur News Tank RH accessible sur abonnement et retrouvez toute l’actualité des relations sociales, de la formation professionnelle, des technologies RH et du talent management.

Transférer cet article à un(e) ami(e)