Recrutement
&
talents

Randstad Direct Workforce : la bataille de « l’intérim 100 % digital » est enclenchée

Par Philippe Guerrier | le | Intérim

Entretien avec Frank Ribuot, Président du groupe Randstad France, qui évoque les contours de la nouvelle plateforme de recrutement « 100 % digital »

Frank Ribuot, Président du groupe Randstad France, présente Randstad Direct Workforce. - © Valery Kloubert
Frank Ribuot, Président du groupe Randstad France, présente Randstad Direct Workforce. - © Valery Kloubert

Le groupe Randstad affiche ses ambitions dans « l’intérim 100 % digital ». C’est une étape importante pour renouveler son approche marché, attirer de nouveaux profils de clients et élargir son influence. La plateforme dédiée Randstad Direct Workforce vient d’être lancée dans l’Hexagone.

Frank Ribuot, Président du groupe Randstad France, détaille le dispositif de ce relais de croissance pour devenir « leader de l’intérim digital » à l’horizon 2025 « avec une vision humaine ».

Dans quel état d’esprit abordez-vous l’intérim 100 % digital ?

A terme, Randstad Direct Workforce représentera entre 10 à 15 % de notre CA en France.

Nous nous positionnons sur un segment de marché qui est nouveau pour Randstad. Nous mettons en valeur la dimension de la personnalisation de l’expérience côté candidat et côté entreprise, tout en ayant la possibilité d’avoir un contact humain tout au long du processus. Nous nous appuyons également beaucoup sur notre chatbot Randy, qui constitue la première interface d’interaction du candidat.

Pour le démarrage de Randstad Direct Workforce, nous nous concentrons sur trois secteurs en forte demande d’intérim (logistique, l’agroalimentaire et l’industrie) et sept métiers principaux.

Le marché de l’intérim digital devrait représenter 7 % du marché global du travail temporaire en 2022. A terme, Randstad Direct Workforce devrait représenter entre 10 à 15 % de notre chiffre d’affaires en France.

Comment distinguez-vous Randstad Direct Workforce de la plateforme existante Randstad Direct?

Randstad Direct s’adresse d’abord à des clients grands comptes tandis que Randstad Direct Workforce vise à toucher des candidats qui ne sont jamais passés par l’intérim. Les segments de marchés sont différents et l’objectif est d’agrandir le périmètre global pour faire entrer les gens sur le marché du travail par le biais de l’intérim.

Dans le même ordre d’idée, il n’existe aucune jonction entre Randstad Direct Workforce et notre réseau d’agences d’intérim physiques. Nous voulons éviter la concurrence entre les différents canaux.

Tous les processus (sourcing, matching, gestion administrative) sont-ils dématérialisés avec votre nouvelle plateforme ?

Nous avons la capacité de dématérialiser toutes les étapes via la plateforme. Mais nous insistons sur le contact humain par chat ou par téléphone dans le processus de recrutement.

Je trouve que cet accompagnement personnalisé constitue le plafond de verre des pure players. Nous pouvons reprendre la main quand le candidat ou l’entreprise estime que c’est nécessaire. La partie humaine permet également de réduire les risques d’usurpation d’identité.

Quelle configuration d’équipe avez-vous mis en place pour prendre en charge Randstad Direct Workforce ?

Pour favoriser ce côté humain, nous avons créé deux nouveaux profils de postes :

  • Client Success Manager, consultant dédié aux entreprises clientes ;
  • Talent Success Manager, son homologue côté gestion des candidats.

Une équipe support d’une vingtaine de personnes a été montée au siège de Randstat France.

La digitalisation du service d’intérim change-t-elle le modèle économique ?

Une bataille par le prix serait mortifère.

La priorité des investissements est accordée à la technologie à hauteur de 70 %, le reste étant dédié à l’humain. Dans un modèle traditionnel d’intérim, c’est plutôt l’inverse : 80 % pour le personnel et 20 % pour les outils.

La digitalisation nous permet d’avoir des gains de coût à l’échelle. Cette approche attire de nouveaux clients intéressés par des prix plus bas par rapport aux pratiques d’intérim traditionnelles. Nous voulons d’abord fidéliser les clients par le niveau de service et non par le niveau de prix.

Cette bataille par le prix serait mortifère. Nous voulons rester compétitif, tout en atteignant la rentabilité rapidement.

Bonus : Vidéo institutionnelle de présentation de Randstad Direct Workforce (via YouTube)

Transférer cet article à un(e) ami(e)